L’Aventure chinoise
Une famille suisse à la conquête du Céleste empire

Du 6 avril au 2 juillet 2017

Longtemps conservées au fond d’une malle, des lettres décrivent la fortune, le négoce et les états d’âme d’une famille partie du canton de Neuchâtel au XIXe siècle vendre des montres aux Chinois. Chez un antiquaire de la même région, d’anciens albums constellés de photographies de ces pionniers ont été miraculeusement retrouvés. Ces précieux témoignages enfin réunis permettent de reconstituer l’histoire des Loup de Chine, près d’un siècle de péripéties au sein du Céleste empire, à une époque où les citoyens suisses étaient migrants…

Si la saga de ce clan suscite l’intérêt de la Fondation Baur, c’est en premier lieu parce qu’elle est représentative d’une catégorie d’Helvètes qui se sont expatriés dans l’espoir d’améliorer leur existence et au nombre desquels figure Alfred Baur (1865-1951) lui-même. Ce chapitre, qui demeure peu exploré dans les livres d’histoire, appartient à notre héritage commun. Il rappelle que la Suisse n’a pas toujours été le petit miracle économique que l’on connaît, mais que le pays s’est avant tout bâti sur l’esprit aventureux et l’abnégation de ces ancêtres.

La seconde raison pour laquelle le récit de la vie de cette famille trouve sa place au musée Baur est parce qu’il décrit le parcours de certains objets conservés dans ses murs. La provenance de porcelaines, jades et pierres dures, cloisonnés, textiles, flacons à tabac ou autres se trouve soudain révélée. Acquises au tournant du XXe siècle par l’intermédiaire de l’un de ses membres, Gustave Loup (1876-1961), ces antiquités ont vécu le lent déclin puis la chute d’un empire millénaire ainsi que la rencontre choc de deux cultures, radicalement différentes. Elles ont été dénichées en Chine, envoyées par bateau, pour finalement arriver en Suisse entre les mains de l’un des plus grands collectionneurs d’art asiatique de l’époque. Ainsi, cette formidable épopée raconte-t-elle tout simplement une partie de notre histoire commune, palpitante.


Commissaire de l’exposition: Estelle Niklès van Osselt
Scénographie: Nicole Gérard
Auteurs du catalogue: Christiane Perregaux Loup et Estelle Niklès van Osselt