Baur

Thomas Bates Blow (1853-1941)

Thomas Bates Blow (1853-1941), marchand-collectionneur passionné, était établi à Kyôto dans le quartier de Shimo-Kyoku. Apiculteur, botaniste, membre de la Linnean Society et de la Royal Photographic Society de Londres, cet Anglais, marié à une Japonaise, était un original dans la lignée des aventuriers-explorateurs britanniques. Il se fit un nom et une fortune en créant à Welwyn, sa ville natale, une manufacture d’appareils pour l’apiculture. Globe-trotteur enthousiaste, il voyagea sur tous les continents. Thomas B. Blow était bien connu en Angleterre des maisons de vente aux enchères et des plus grands collectionneurs d’art japonais de l’époque, Joly, Behrens, Tomkinson, Edmunds, Ransom. Il légua à sa mort une collection d’estampes japonaises au British Museum.

 Alfred Baur, qui l’aurait rencontré à Ceylan par des relations communes, commence à collectionner par son intermédiaire des « curios » japonais dès 1907 après son installation à Genève. T. B. Blow lui fournit des lames, des ornements de sabre, des netsukes, des inro, des estampes, des céramiques Satsuma, des cloisonnés, des statuettes en ivoire sculpté, des bronzes, des cabinets en laque, mais aussi quelques chinoiseries avec des jades, des laques et des flacons à tabac. Le marchand est aussi un conseiller érudit qui procurera à son client dès 1919 des ouvrages sur l’art japonais et chinois, ainsi que des catalogues de collections privées et de ventes. À part les estampes, il subsiste cependant peu de traces, dans les Collections Baur, des acquisitions faites avec l’aide de Blow, car le collectionneur, devenu plus exigeant dans ses choix, en vendra une grande partie en 1928.